Exploitation des ressources naturelles et son impact sur les droits humains : Une série de recommandations proposées

Les travaux du colloque international, organisé du 12 au 13 mai 2022 à Abidjan, par la Ligue ivoirienne des Droits de l’homme (Lidho) en partenariat avec la fondation Konrad Adenauer bureau de Dakar, ont été sanctionnés par une série de recommandations.

Placé sous le thème « l’exploitation des ressources naturelles, et son impact sur les droits humains en Afrique de l’Ouest ». Ce colloque a enregistré sept panels qui ont relevé la compatibilité de l’exploitation minière, et le respect des droits humains; l’existence d’un cadre juridique encadrant l’exploitation des ressources naturelles en Afrique de l’ouest ; les insuffisances du cadre et son inadéquation avec les droits fondamentaux des communautés ; l’ineffectivité du cadre légal sur le terrain ; du contrôle des organes habilités pour effectuer le contrôle et le suivi des activités sur le terrain, les insuffisances des défaillances dans les procédures de saisine dans les instances internationales pour la condamnation des entreprises des exploitations minières ; l’insuffisances de la protection des femmes et des enfants dans les mines artisanales et clandestines ainsi que la pauvreté comme cause principale de l’orpaillage clandestin.

A l’issue des travaux, les principales recommandations formulées sont les suivantes :

A la communauté internationale : le colloque demande la transformation du système international de protection des droits de l’homme dans une perspective de la responsabilité des entreprises pour violation fondamentaux des droits de l’homme ; S’investir davantage dans la recherche de solutions aux problèmes relatifs aux conditions de travail, au travail des enfants, ainsi que la sécurité dans les domaines de l’exploitation minière artisanale.

Au gouvernement, les participants recommandent l’application rigoureuse du cadre légale ; la refondation du code minier en recouvrant à des notions plus précises ; la ratification de la convention numéro 176 de l’OIT sur les pires formes de travail dans les exploitations minières ; faire respecter la loi en matière d’accès à l’emploi et obliger les opérateurs miniers à ne plus exploiter les enfants ; faire voter des lois renforçant la protection de l‘enfance dans le secteur minier ; faire revenir les chantiers écoles dans les zones à forte activité minière ; prendre immédiatement des mesures efficaces pour interdire, et éliminer les pires formes de travail des…( lire la suite ici )

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autres actualités

Président National

Ligue Ivoirienne des Droits de l'Homme (LIDHO)