Côte d’Ivoire, Guinée, Tanzanie : la FIDH et ses ligues dénoncent la victoire de l’autoritarisme sur l’État de droit

L’année 2020, au calendrier électoral chargé, a posé de réels défis pour la démocratie et l’État de droit en Afrique sub-saharienne. Ces défis ont été souvent aggravés par la gestion de la pandémie du COVID-191. En Côte d’Ivoire, en Guinée et en Tanzanie, où laFédération internationale pour les droits humains (FIDH) et ses organisations membres2ont suivi de près la situation, les élections générales de 2020 ont été émaillées d’incidents, y compris de violations des droits humains avant, pendant et après la tenue des élections, nuisant à la crédibilité des résultats et au processus électoral dans son ensemble. La FIDH et ses organisations membres dans ces pays condamnent ces violences et s’insurgent face au recul de la démocratie sur l’ensemble du continent.

[Lire l’intégralité de l’article en téléchargeant le PDF]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.